Le log de la tondeuse : Les mathématiques et la présence de Dieu

13. septembre 2008

Il y a des moments dans la vie d'un homme qui sont spéciaux. Par exemple le grand moment tant attendu ou il devient évident, même pour un observateur extérieur, qu'il est nécessaire de tondre la jungle connue jadis sous le nom de pelouse.

Lorsque la tonte commence, contraint par le poids des responsabilités et le regard pesant de maman, c'est une expérience unique qui se déroule. Un grand moment de vide et de néant. Une évaluation rapide permet de deviner qu'il ne faut en tout que 2 synapses pour gérer l'intégralité des informations nécessaires à la coupe de la pelouse.

Cela libère de fait une grande puissance de réflexion, et finalement, lorsque je tonds, je pense et je réfléchis.

Du coup, j'inaugure par ce log une série de réflexions construites ou enrichies lors de mes trop nombreuses déambulations à dos de tracteur.

Je voudrais aborder un point important qui me tracasse depuis assez longtemps. Cela tourne autour de l'Origine avec un grand O majuscule. En effet, lorsque l'on se rapporte à la théorie la plus communément admise, c'est à dire la théorie du Big Bang, on découvre qu'au début il y a eu une énorme explosion d'ou sont parties la matière et l'énergie.

Moi je dis ok. Pas de problème. Mais alors dans ce cas là : qu'est ce qui a explosé ?

En fait, le Big Bang, c'est la présence de Dieu (Entité supérieure/Univers/Dieu [rayez les mentions inutiles]). En gros, les équations que l'on écrit pour décrire l'Univers ont besoin d'une base de départ. Et cette base de départ, personne ne la connaît. Alors un jour (certainement en rentrant d'une bonne grosse soirée ou il devait y avoir assez peu d'eau dans les verres), un gars a dit : "Putain les gars, on se casse les noix à trouver une origine mathématique à notre histoire d'équations universelles. On va arrêter ça et invoquer un truc magique qui dira : "Boum, y'a deux secondes il n'y avait rien et d'un coup je te balance l'intégralité de tout ce qui existe sur la table, tu feras le tri. Merci"."

Voila, le Big Bang c'est une aberration mathématique, un chiffre magique, un axiome ou bien encore la présence d'une source non connue de l'homme. Ou alors la preuve que nos chers scientifiques ne sont pas assez imaginatifs (ou trop bourrés).

Ben moi, vous allez rire, mais cela ne me suffit pas. Alors, je me suis demandé : En admettant que, hormis la vanne sur la grosse explosion, le reste de la théorie soit juste, que s'est-il passé juste avant?

Pour répondre à cela, je vais m'inspirer de mon auteur préféré : Isaac Asimov. Ce grand monsieur a écrit une nouvelle racontant l'histoire d'une humanité qui avait tellement évolué que chaque humain n'était plus qu'une pure énergie. Au bout du bout des temps, lorsque la dernière des dernière étoiles s'était éteinte, les humains se trouvant a n'exister que dans le vide décidèrent de tous fusionner pour produire une formidable explosion pour redonner naissance à un nouvel univers tout neuf.

Cette parabole est intéressante car elle propose que l'univers n'a finalement ni début ni fin mais est un éternel recommencement cyclique. Vers la fin de la vie de l'Univers, il se rassemblera en un seul point, explosera et repartira de plus belle.

Philo

Les forces civilisatrices

10. septembre 2008

Depuis l'apparition de l'humanité, de grandes forces poussent l'évolution de la civilisation vers un système plus "humain".

Au premier rang de ces forces, je pense que l'on peut citer la plus ancienne : la religion. Et plus précisément la religion rituelle, c'est à dire celle qui promet le meilleur dans l'après-vie en échange du respect de quelques règles de vie ici bas (en habillant le tout dans tout un fatras de rites et de mythologie).

La religion permet de poser certaines règles de vie en communauté comme :

  • le respect de la propriété (tu ne voleras pas),
  • le respect de la vie (tu ne tueras pas),
  • le respect de la femme du voisin (tu seras discret quand tu  coucheras avec la voisine (libre adaptation)),
  • la diversité dans la nourriture (ne manges pas de cochon, manges du poisson le vendredi, fais le jeûne de temps en temps)

On pourrait citer encore longuement un grand nombre de ces règles qui permettent d'améliorer la vie et de "moraliser" l'humanité.

Ceci dit avec les progrès de la science et l'évolution de notre société, la religion perd de son pouvoir et la crainte de la mort ne suffit plus à imposer ses règles.

Pour continuer la civilisation de l'humanité, une seconde force est apparue : le commerce. Cette force est aujourd'hui très présente et très puissante. Elle permet de forcer des pays entiers à respecter les droits de l'Homme en échange de l'accès au commerce mondial. L'exemple de la Chine ou de la Russie permet d'illustrer le propos. En effet, avant leur ouverture au commerce mondial ces pays autarciques étaient parmi les pires et les plus violentes dictatures de la planète. En acceptant de s'ouvrir aux autres pays pour commercer, ils ont du calmer le jeu. Bien évidemment la route vers la démocratie et le plein respect des droits de l'Homme est encore longue (il suffit de voir l'affaire du Tibet) mais la marche est maintenant enclenchée grâce au commerce. Ces pays ne sont plus autant fermés qu'ils ne l'étaient. Il est aujourd'hui possible de mener un siège virtuel d'un pays en le fermant au commerce mondial. Cela permet de forcer la main aux dictateurs de tout poil.

On parle bien sûr ici de changements à l'échelle des siècles. Ceci dit la chute du mur de Berlin et la fin de l'URSS montre que la pression du commerce fonctionne.

Toutefois, une fois que, dans plusieurs siècles, l'humanité aura progressé vers une civilisation plus "humaine", le commerce ne pourra plus jouer son rôle de levier puisqu'il n'y aura plus de vrais différences sociales entre les pays. Il faudra donc, pour continuer à nous élever, trouver une troisième force civilisatrice.

Je m'interroge encore sur ce qu'elle pourrait être...

Philo