Les trucs qui me broutent

15. novembre 2013

Prenez ce post comme un exutoire, une solution pour ne pas libérer l’instinct sauvage qui me susurre à l’oreille de massacrer à la petite cuillère rouillée l’intégralité des gens qui font des trucs qui me mettent le ravioli en feu.


J’ai donc décidé dans un grand acte d’humanité de recenser ici une partie des choses qui me sortent par tous les pores de la peau afin de vous faire partager mon désespoir.


D’aucuns pourraient dire (les vilains) que je deviens (suis ?) un vieux con. Que nenni ! J’atteins en fait cet âge merveilleux ou la sagesse remplace la fougue (comprenez par-là que passé dix heures du soir, il n’y a plus personne).

Fort de cette sagesse nouvelle, je m’en vais vous lister les sources de mon malheur (par ordre de pagaille, cela va sans dire) :

  1. Les cyclistes qui considèrent que non, finalement c’est sûr, les feux rouges ce n’est pas pour les véhicules sans moteur. C’est tellement plus amusant de tenter sa chance au grand jeu du « je suis plus rapide que la voiture qui va couper ma route, ha ha… »
  2. Les gens qui font du bruit avec leur voiture sous ma fenêtre (cf. un autre post sur ce blog) et plus particulièrement ceux qui sont certains que l’humanité ressortira grandie du fait qu’ils font ronfler comme des veaux en rut leur gros moteur lorsqu’ils sont au feu rouge (oserais-je faire remarquer que le trafic dans la région Parisienne implique qu’une voiture avec un moteur de tondeuse à gazon ouzbéque suffit pour aller à la même vitesse).
  3. Les gens qui arrivent à la bourre dans les réunions ou je suis. Qu’ils arrivent à la bourre dans d’autres réunions, à l’extrême limite, je veux bien. Mais dans MES réunions, je ne peux pas. Je suis un être ingrat il faut bien le savoir. Je devrais plutôt les remercier de m’offrir ces quarts d’heures de vide ou je peux me recentrer sur moi-même afin de me ressourcer. Il est évident que c’est le mieux pour moi. Poireauter comme une moule sur son rocher seul dans ces grandes salles de réunion, c’est ma vie, mon œuvre. Je sais maintenant que je suis né pour cela.
  4. Les gens qui vous donnent l’impression que ce que vous venez de leur demander était exprimé en Klingon.
  5. Les gens aimables derrière leur guichet qui vous accordent toute l’attention due au fait que nom de Zeus, c’est vous le client. Et que non, la diarrhée verbale que tu viens d’essayer de me faire passer pour un bonjour n’est pas en adéquation avec le « ici le client est roi » écrit sur ton mur moisi.
  6. Les piétons qui traversent devant vous, lorsque votre feu est vert et que donc forcément le leur est rouge, en vous regardant droit dans les yeux en pensant « je t’emmerde mais d’une force, tu imagines à peine, poum ploum ploum… »
  7. Les gens qui ne répondent pas à mes mails. Surtout ceux qui n’y répondent pas du tout (vous pourriez attendre 10 ans, faire 20 relances, séquestrer leur famille, cela serait pareil, leurs boites email ne marchent pas comme les nôtres. Ils ont un système aléatoire qui efface les mails avant qu’ils ne puissent les lire. C’est balôt)
  8. Les gens de mauvaise foi qui en vous regardant droit dans les yeux avec l’aplomb d’un guerrier celte et qui vous lancent des « Ah bon ? Non je n’ai pas reçu ton mail » ou encore « Punaise, la réunion précédente était interminable »
  9. Les motards qui remontent les files de voiture et qui si tu ne te pousses pas vont venir te broyer les genoux avec des écrous parce que c’est logique sur une voie faite pour deux voitures de devoir monter sur le terre-plein central afin de les laisser passer.

 

Mais bon au final comme disait Mamie Catuhe, tant que la santé va tout va 

Divers