C’était mieux avant...

30. novembre 2014

Parmi toutes les expressions que l’on entend, la célèbre « c’était mieux avant » est sans doute ma préférée. Je trouve qu’elle démontre à elle toute seule notre crainte viscérale du changement. Je me rappelle tout petit (et déjà geek) avoir été victime de ses attaques car, fou que j’étais, je préférais rester des heures sur mon Amstrad CPC 464 à taper des lignes de codes cryptiques au lieu d’aller à la chasse ou de me défoncer la tête à coup de vin blanc dans les bals des fêtes de villages. Cela semblait tellement évident que pour mon futur il était bien plus bénéfique de me ruiner la gueule a la vinasse en tirant sur de pauvres palombes. Je me suis alors promis de ne jamais devenir un vieux con.

Et ce n’est pas une promesse facile à tenir. Chaque fois que le relent d’un bon vieux « Sans déconner, c’était mieux avant » me monte aux lèvres, je me force de faire un pas mental en arrière afin de me demander si c’était VRAIMENT mieux avant.

Bon parfois c’est chaud, je ne le cache pas. La mode des pantalons avec les poches derrière les genoux ne me semblent pas particulièrement tirer l’humanité vers le haut mais bon ne soyons pas vieux con…

Un exemple plus emblématique pour moi c’est les réseaux sociaux. Combien de fois j’entends dire : «  Les réseaux sociaux tue la vie sociale, on s’éloigne plus que l’on ne se rapproche ». Et bien non, pas toujours. Et c’est là le fond du problème en fait. Chaque avancée technologique est pourvoyeuse d’une grande quantité d’excellentes choses mais vient également avec de sombres cotés. Moi qui vit loin de la France et de certains de mes amis, je suis ravi de pouvoir suivre leur vie et d’échanger avec eux sur Facebook par exemple. Sans parler de l’intérêt de Twitter dans le cadre de mon travail, me permettant de me tenir au courant de tout le foisonnement d’actualités du monde technologique.

Seulement voilà, certains ne voient que les côtés sombres et regrettent le temps où l’on se parlait au téléphone car le changement ce n’est pas facile à digérer. C’était mieux avec la voix. Bon c’était pareil en fait, on échangeait de manière sans doute plus synchrone (quoique c’est comme un chat au final ou l’on parle chacun son tour) avec juste un medium diffèrent. Et puis le téléphone reste plus personnel la ou les réseaux sociaux sont plus immédiats. Pour moi ils se complètent.

Ce qui est amusant c’est que les parents de ceux qui trouvent que le téléphone c’était mieux ont pourtant eu les mêmes débats avec leurs propres parents qui devaient leur dire : «  Le téléphone c’est le mal ! C’était mieux avant car on se déplaçait et on allait voir les gens PHYSIQUEMENT. Votre téléphone là c’est de la merde, ca enlève toute humanité. ». Le truc c’est que l’on continue à aller voir les gens mais aussi à leur téléphoner et maintenant à leur envoyer des messages. On dispose juste de plus d’options. Et finalement, c’est surtout ceux qui restent sur le quai du train du progrès qui trouvent cela mauvais. Justifiant ainsi le fait de ne pas pouvoir monter dans le train.

Et du coup, moi je pense que quitte à la jouer comme ça autant y aller A FOND ! Je pense que c’était mieux avant mais genre BEAUCOUP avant quand on était tous dans des grottes. Ça c’était social punaise ! Tous entassés pour se tenir chaud (parce qu’on est bien d’accord, chacun dans sa propre maison c’est moisi socialement). Tu veux parler à quelqu’un ? Tu peux le faire en lui faisant les poux. On peut même regarder tous ensemble la télévision de l’époque (les peintures murales de Paulo l’artiste peintre). Et quelle joie de partager un morceau de mammouth tous ensemble dans la moiteur et l’odeur rance ! Pas besoin de téléphone, il suffit de gueuler un peu. Tu veux faire passer un message discret ? Facile! tu vas juste le dire à l’oreille du gars en question, il n’est pas bien loin de toute manière. Faut juste faire gaffe à ne pas marcher sur tatie Jeannette par contre. Et pour le coup pas besoin de Twitter tout le monde sait ce que tu fais tout le temps et cela sans se limiter à 140 caractères. C’était mieux avant !

Bref, tout ça pour dire que oui les choses changent et évoluent. Elles nous donnent plus d’options (positives et négatives). Mais tout nier en bloc n’est certainement pas la bonne solution. J’espère juste me souvenir de ce post lorsque ma fille voudra un implant neuronal pour se connecter au globalNet !