La difficile vie du développeur d’applications gratuites

6. décembre 2015

Entendons-nous bien : même si ce post a le gout et l’odeur du râleur invétéré, sachez qu’il n’en est rien. Nous avons ici uniquement un billet scientifique relatant une expérience sociologique.

Il s’avère donc que sur mon temps libre, mon violon d’Ingres se trouve être le développement (et le massacre de démons sur Diablo3). Du coup grâce à une petite fille et une femme adorable, j’ai le loisir de pouvoir m’adonner à ce plaisir simple : faire des applications.

Je crée des applications avant tout pour moi lorsque, après avoir parcouru les immensités infinies et si bien achalandées (J'ai une relation particulière avec ce mot) du store Windows 10, je ne trouve pas d’application répondant à mon besoin.

C’est ainsi que je développe et fait évoluer avec amour deux applications pour le moment : UrzaGatherer (pour les fans de Magic the Gathering) et Cast (pour les amateurs de podcasts).

Dès que j’ai une version que je trouve satisfaisante, j’ai le même plaisir de les mettre à disposition de ceux qui pourraient partager les mêmes besoins que moi.


Et c’est souvent la que le drame commence. Car, on pourrait se dire (si benoitement on pensait que l’humanité pouvait être sauvée) que les gens seraient juste contents de voir un brave gars partager ce qu’il pourrait égoïstement garder pour lui. On pourrait même penser que ledit développeur va crouler sous les mails de remerciement pour avoir passé du temps sur une application que finalement ils allaient utiliser GRATUITEMENT et sans le moindre EFFORT de la part.

Alors qu’en fait, non. Enfin, en ce qui concerne le croulage sous les mails, on peut dire que oui. Par contre le contenu n’est pas vraiment en adéquation.

Et pour aider les plus cons à bien comprendre, je vais même faire une analogie pour vous décrire le jus dans lequel baigne le pauvre développeur tout gentil.

Imaginons que demain matin, on vous offre une voiture. On la pose en bas de chez vous avec les clefs dessus et le droit de vous en servir à loisir. Cool, non ? Et bien certaines personnes, si elles réagissaient comme je les voies réagir pourraient alors envoyer les mails suivants au généreux donateur :

-          « Salut, cool la voiture. Par contre tant que tu n’ajoutes pas un béquet et que tu me la refais pas en jaune de damas, je vais continuer à utiliser ma Renault de merde. »

-          « Salut, merci pour la voiture. C’est cool. Par contre tu peux rajouter dès que possible le support des caravanes ainsi qu’un mode conduite automatique. Et ce qui serait trop cool aussi ça serait qu’elle puisse se téléporter. J’attends les mises à jour avec impatience »

-          « Salut, pas mal ta voiture. Je ne vais pas m’en servir car je n’aime pas le logo. On dirait un chat malade »

-          « Salut ! à quand la version hongroise ??? »


Et encore, pour l’exemple, je vous donne les versions polies. Car je ne compte plus les mails du genre « Cette application n’est pas utilisable car elle n’a pas de mode sombre ». Ce que moi, lorsque je reçois le mail, je lis de la sorte « Salut connard, ta came c’est de la pisse, je ne comprends pas comment tu peux oser sortir une application qui n’a pas de mode sombre. Tu dois vraiment être la honte de ta famille pour ne pas te respecter comme ça » (Bon il paraitrait que je suis un peu susceptible mais ce n’est pas totalement un fait avéré).

Depuis que j’ai sorti Cast par exemple, je n’ai reçu en tout et pour tout qu’UN seul mail qui me disait juste gentiment : « Merci de ton temps, j’aime ton app ».


Alors bien sûr, la plupart du temps, les mails sont tout à fait corrects et respectueux. Et il est super important de faire des retours (constructifs) pour aider les développeurs. Mais je pense sincèrement qu’un travail sur la forme est clairement à envisager. Et je dis ça pour tous mes copains développeurs qui font des applications gratuites : On ne vous doit rien les gens ! Si on le fait c’est avant tout pour être sympa. La moindre des choses si vous voulez demander des nouvelles fonctionnalités, c’est d’y mettre méchamment le forme !


De même si vous trouvez des bugs, j’apprécie beaucoup les retours qui m’aident à améliorer l’application (et je dois d’ailleurs remercier tous ceux qui ont fait l’effort de m’aider là-dessus en testant mes version betas ou en me signalant GENTILLEMENT les anomalies rencontrées).  Mais essayer de ne pas tomber dans le « Yo mec, ça merde sur mon 930. Tu peux faire un truc ? ». Je vis déjà ça toute la journée avec Edge (et là je ne peux rien dire, je suis payé pour ça) donc forcément quand cela continue le soir, j’ai plutôt tendance à répondre en proposant à mon interlocuteur d’aller tester la capacité volumique de son rectum avec un manche à balai. Ce qui, je dois bien l’avouer, n’est pas constructif ni très efficace si on veut résoudre le bug.