Comment j’ai perdu foi en l’humanité…

1. juin 2015

J’ai une maladie dont je voudrais parler ici.

Je suis bruitophobe. La bruitophobie se caractérise par une envie de massacrer à la pelle à tarte les gens qui font du bruit. C’est une maladie assez rare mais relativement chiante à vivre surtout quand on fait les mauvais choix.

En effet, il y a quelques années, j’ai eu la merveilleuse idée de monter vivre à Paris avec ma chère et tendre (qui je dois l’avouer est elle aussi frappée du même syndrome mais à un niveau encore plus élevé). Or vivre à Paris quand on est bruitophobe c’est comme sniffer un champ de blé quand on est allergique au gluten.

Il faut savoir une chose importante sur les villes (surtout les grandes). Elles sont en quelques sortes une ode à une des plus grandes inventions de l’humanité : La promiscuité. Ainsi, bien avant le feu, la roue ou la truelle, l’humanité s’est distinguée par une fulgurance rare. En effet, un jour il y a très longtemps, au détour d’une nuit glaciale, nos chers ancêtres ayant trouvé refuge dans une quelconque grotte se sont sentis bien cons lorsque Maurice (le chef) s’aperçût que la grotte n’avait pas de convecteurs. Après de longs débats, une idée pointa toutefois le bouton de son nez. On allait s’entasser comme des moules les uns sur les autres et comme cela on aura une sorte de chauffage naturel en plus du plaisir des sens pour qui aiment les mycoses plantaires. C’est ainsi que fut inventée la promiscuité.

Par la suite, quand les grands architectes modernes lancèrent la mise en place des nouveaux centres urbains, ils décidèrent d’en faire un témoignage poignant à cette belle invention.

C’est ainsi qu’habiter à Paris se résume finalement à pratiquer la version moderne du tas d’humains de la préhistoire. On s’entasse a plus de 250 appartements dans une tour et du coup on fait des économies de chauffage.

Le seul hic, c’est que la connerie est si parfaitement répartie au niveau de l’humanité que cela en deviendrait presque artistique. Et du coup, quand vous avez 8 voisins de palier (sans compter dessus et dessous) et bien vous avez 8 fois plus de chance de tomber sur la perle. LE Voisin avec un V majuscule. Celui qui vous fera faire des recherches sur Internet pour connaitre la formule de la mort aux rats.

Nous avons la chance avec ma femme d’en avoir connu quelques spécimens lors de notre séjour à paris.

Par exemple, nous avons eu celui qui se dit que vivre à deux dans 50m2 c’est encore trop de place libre vu que l’on voit toujours le sol par ci par là. Du coup, on va acheter deux chiens (un seul serait une insulte à l’intelligence). Et comme on travaille toute la journée pour payer un loyer qui ailleurs vous permettrait d’avoir toute l’aile ouest de Versailles, il se trouve que les adorables canidés se retrouvent seul de 8 heures du matin à 8 heures du soir. Et que fait un chien qui se fait chier ? Il gueule comme un gros con. Non-stop. Toute la journée. Lui il s’en fout il n’a pas la notion du temps. Dans sa tête cela se résume à : « Ben ?? mais elle est ou l’herbe pour que je joue/pisse/me roule dedans/mange mon caca ? Etrange…Signalons vite cela de manière adéquate à mon environnement… ». Quand vous habitez au-dessus cela permet de très vite s’avoir écrire homicide dans toutes les langues de la Terre. Et forcement quand leur maitre rentrait les chiens étaient contents et donc n’aboyaient plus. Du coup vous passez pour le relou qui ne supporte rien quant au détour de l’escalier vous essayez de signaler que ça vous bourre léger de devoir vivre avec des boules Quies quand vous travaillez à la maison.

Le pire fut toutefois atteint lorsque le Voisin du dessus (avec encore un grand V) se décida de manière fort logique à acheter un piano. La justesse de son jugement fut complètement validée par la facilité avec laquelle il réussit en 3 jours seulement à hisser son instrument du rez-de-chaussée jusqu’au 25eme étage. Dans ma grande mansuétude j’avais pourtant proposé de le démonter touche par touche à la masse de chantier pour accélérer le déblocage de l’ascenseur. Mais force est de constater que cela ne sert à rien d’être sympathique. Là où l’on toucha au divin c’est lorsque suite à une longue réflexion, notre cher voisin décida que le moment idéal pour en jouer se situait vers minuit, heure bien connue des mélomanes pour proposer de bien meilleures sonorités. Face à tant de génie, je me décidais donc à monter le voir pour lui prouver que sa tête pouvait sans problème passer à travers sa porte. En ouvrant la porte je me retrouvais toutefois sans voix quant au lieu de s’excuser platement il me fit remarquer que cela ne se faisait pas de sonner chez les gens si tard dans la nuit.

C’est ce jour-là où je perdis définitivement foi en l’humanité (et où je pris ma carte du Parti pour l’Invasion par des Super-Soldats Extraterrestres).

Doléances

7. mai 2015
Chère vie, je tenais tout d’abord à vous remercier pour la livraison (quoique très tardive, travaillez-vous avec la Poste ?) de notre commande. Nous sommes ravis, elle est parfaite. Toutefois je voudrais profiter de ce courrier pour vous remonter deux ou trois  améliorations qui pourraient être bénéfiques pour vos futurs clients (comme disent les américains : « feedback is a gift ») :

  • Tout d’abord vous avez clairement un gros souci au niveau de votre interface de debug. C’est comme si j’avais acheté une voiture qui klaxonne quand elle est à sec, qui klaxonne quand elle n’a plus d’huile et qui klaxonne encore quand elle a un pneu à plat. On est d’accord c’est complément con. Eh bien, la version que nous avons reçue de notre commande est identique. Elle gueule de la même manière pour dire « Maman, ramène ton nichon » ou pour dire « Papa, j’ai de la merde jusqu’en haut des oreilles ». Du coup c’est un peu relou pour savoir ce qu’il faut faire.
 
  • Autre souci digne d’Apple : l’autonomie. Non mais sans déconner, qui oserait sortir un produit avec 3 heures d’autonomie ? Bon, même si j’ai lu sur vos forums que cela s’améliore avec le temps, c’est tout de même un comble de devoir recharger tous le temps. On a bien essayé de passer en économie d’énergie et d’attendre plus longtemps mais devinez quoi ? Ca gueule direct.

 

  • Je souhaitais aussi vous parler de l’empreinte carbone et du niveau de pollution. Comme précisé plus haut, avec ma femme, nous sommes positionné a l’oppose du système (ma femme a l’entrée et moi à la sortie) et nous avons constaté que pour un litre qui rentre il y en a au moins deux qui sortent. Ce n’est clairement pas optimal. Et je vous laisse évaluer la quantité produite quand vous rechargez toutes les 3 heures.

 

  • Nous avons finalement constaté la présence d’une fonctionnalité complètement pétée : le rototo. En gros, à chaque recharge il faut shaker comme un débile afin d’avoir un bon gros rot bien gras enrichi en lait. Je ne vois pas l’intérêt. Personnellement je n’aurai carrément pas mis cette fonctionnalité. Ca reloute tout le monde et au final a moins de vouloir se faire l’alphabet en rotant ça ne sert à rien.

Voilà en espérant que cela vous aidera à progresser vers une meilleure adaptation de votre produit à vos clients. En attendant on va quand même garder la nôtre. C’est qu’on s’y est méchamment attachée quand même.

Divers

L’ordre de l’emmerdement maximal

21. mars 2015

Il existe une théorie selon laquelle un ordre secret œuvrerait dans l’ombre pour casser les pieds a un maximum de monde. Bien que réticent au début, je fais maintenant partie de ceux qui croient que cet ordre existe.


Selon les partisans de la théorie de l’emmerdement maximal,  il y a fort longtemps, un groupe d’étudiants brillants auraient formé un ordre pour partager leurs malheurs et  faire front face à l’adversité. En effet, comme dans tout système éducatif, le célèbre adage « un grand talent entraine forcement une marée de cons » se vérifie souvent et ils se trouvent toujours un bourrin ou deux en mal de reconnaissance qui se servent d’un premier de la classe pour en faire leur tête de turc.

Cet ordre se réunissait le soir dans un lieu tenu secret afin de discuter et surtout de se serrer les coudes. Une de ces réunions toutefois fut particulière en ce sens qu’une promesse fut faite. J’ai pu, après plusieurs années de recherche, retrouver les minutes de cette soirée :

• Bon alors Norbert, cette semaine ?
• Pas trop mal, on n’a chié que deux fois dans mon cartable.
• Ah ben c’est cool ça ! et toi Béranger ?
• Bof, j’ai toujours du mal à m’assoir
Silence gêné…
• OKKKK, bref, de toute manière mes amis, j’ai une idée à vous proposer !
• On t’écoute !
• Eh bien, voilà : Nous devons nous faire la promesse que plus tard, quand nous aurons une situation, nous devrons tout mettre en œuvre afin d’emmerder un maximum de gens et ce, sur le long terme
• Roh punaise j’adore !
• Moi aussi, c’est validé !

Et c’est ainsi que fut scellé le sort de l’humanité.

En effet, quelques années plus tard, les membres de l’ordre étaient devenus d’éminents scientifiques et occupaient tous des postes à forte responsabilité.
J’ai pu, grâce à un contact au FBI, mettre la main sur le témoignage écrit de l’assistante de l’un d’entre eux et je vous livre ici un passage particulier de ses mémoires :

• Quand je pense à l’autre tanche à lunettes de Celsius ! Cet âne veut leur donner un système de mesure des températures simple ou l’eau gèle à 0 et bout à 100.
• Mais monsieur…
• Fermez la Josette !
• Oui monsieur
• Non mais sans déconner, on va pas laisser faire ça, faut que je leur propose un système bien moisi du slip avec des valeurs complémentent pourries. Josette ! Donnez-moi un nombre !
• Euh je ne sais pas monsieur…32 ?
• Putain nickel !! On va leur dire que l’eau en fait ça gèle à 32 degrés. On va leur dire que c’est bien car ça fait 3 puis 2, ils sont suffisamment cons pour acheter ça. Donner moi un autre nombre, un gros cette fois !
• 212 ?
• BANCO ! On va rajouter que l’eau bout a 212. C’est sublime. 2, 1, 2…c’est un palindrome. Ca va passer tout seul. Bon écrivez moi tout ça au propre et envoyez le au comité
• Oui monsieur…
• Ah ! et n’oubliez pas de mettre le rapport dans mon cartable d’étudiant pour leur donner

Mais le pire restait à venir avec un autre membre de l’ordre qui travaillait lui aussi avec un organisme scientifique sur la définition d’un système de mesure des distances. Ici encore j’ai pu me procurer le témoignage de son assistante lorsque le destin de l’humanité fut changé à jamais :

• Apres tant d’années ! Vous vous rendez compte Georgette ? Ma vengeance va ENFIN pouvoir s’exprimer. MOUHAHA ! Je vais leur pondre un système de merde, un truc jamais vu. Ça leur fera la bite !
• Roh monsieur !
• Veuillez m’excuser Georgette, je m’emballe. Vous prenez des notes je vous prie ?
• Oui monsieur
• Bien ! Alors on ne va pas faire comme les autres européens la qui font un truc à base de dizaine. Trop simple. Faut un truc beaucoup plus tordu. Par contre, pour que nos pequenots le valident, il faut un système proche d’eux. Je vais m’inspirer de ce qu’ils font dans leurs champs : La première unité ça sera le pouce !
• De qui ?
• On s’en branle. C’est la magie du truc, c’est tellement pas clair qu’ils ne vont rien entraver. Apres on passe au pied. On reste dans le champ lexical du corps pour le début. Faut pas les braquer non plus. Par contre on va dire qu’un pied c’est 12 pouces.
• Ben c’est pas très logique…
• MAIS OUAIS ! C’est le plan. Ils vont me chier des planches avant de faire les conversions, ça va être sublime. Puis après, on passe la seconde, on va passer au yard. Le jardin quoi. On va mesurer les distances en jardin !!!!! On touche au divin!
• Je comprends rien…
• C’est le but Georgette, c’est le but. Et donc on va partir sur 1 yard est égal à 3 pieds. Puis je vous propose d’introduire le mile. Comme ça, car cela me fait plaisir. Et je pense que l’on va mettre 1760 yards dans un mile. Je ne pense pas qu’on puisse faire plus moisi. Ça va donc nous faire 5280 pieds pour un mile. C’est bien, ce n’est pas rond, on dirait du Picasso de la mesure.
• Bien monsieur, dois-je transmettre au comité ?
• Nan attendez, je viens d’avoir une inspiration diabolique !
• Vous me faites peur monsieur
• Rajoutez que dans certains contextes à la con, on pourra avoir des unités additionnelles ! Genre on pourrait mesurer la hauteur d’un cheval en main !!!!!! Et pour bien ravager le truc, définissons qu’un pied c’est trois mains.
• Ça fait un beau pied
• Faudrait pas non plus que quelque chose soit logique. Envoyez le tout !
• Bien monsieur. Au passage, que dois-je répondre à votre ami Béranger pour la question des dates ?
• Ah oui…Dites-lui que le bon format, c’est mois/jour/année. Sinon ça serait logique.
• Merci monsieur

Moralité : Dites à vos enfants de ne plus embêter les intellos de la classe. Ce sont toujours eux qui gagnent à la fin…

Le diable est dans les détails...

26. décembre 2014

…et franchement je ne peux pas lui en vouloir. Je suis développeur depuis 30 ans. Et oui, déjà, ça commence à faire. J’ai débuté en portant un putain de jeu TO7 sur mon Amstrad 464 d’abord en recopiant le code pendant 2 mois à m’en faire peter la rétine avant de découvrir les joies des langages propriétaires. Ce fut sans doute à cette époque que le développeur que je suis aujourd’hui est né. Notez que la frustration de mettre tapé deux mois de la vie d’un moine copiste pour me manger un « syntax error line 1 » aurait tout aussi bien pu faire de moi un suicidaire névropathe ou même pire un employé de la banque postale. Mais il n’en fut rien et cela me donna ma première leçon : réfléchis avant de coder !

Mais revenons au sujet de ce blog : les détails. Donc fort de mon expérience de 30 ans de développement je viens ici vous livrer toute nue ma vérité (et je ne parle que de la mienne, pas la peine de polémiquer ou de troller, je me branle de savoir qu’il y en a plein d’autres). Selon moi donc, un bon développeur ne se juge pas à l’aulne de ses algorithmes ou des langages qu’il maitrise. Il se juge à son sens du détail.

Je ne parle pas ici des mauvais développeurs. Je parle bien de ceux à qui on confie une tache et qui arrivent à livrer dans les temps un résultat qui marche. Parmi ces bons développeurs on trouve tout d’abord un certain nombre de « Pare-buffles » pour reprendre une image que m’a soufflé mon ami Etienne. Ces derniers sont des gens à qui l’on dit : Il faut que tu ailles la bas, ok coco ? « Et ils y allèrent ». Le problème c’est que pour y aller ils ont mis un pare-buffle devant leur voiture et ils ont foncé tout droit. Au final le résultat est là, ça répond grosso modo aux besoins initiaux mais si tu regardes de plus près tu t’aperçois que tout tient avec du scotch et surtout que c’est un champ de ruines derrière. Le code n’est pas élégant, tu te retrouves avec des variables appelés « momo, pupu, titi, moncul, etc.. ». Il y a 19 interlignes entre certaines fonctions, le respect du nommage semble avoir été frappé de dysenterie, je ne parle même pas de l’indentation et de manière générale ça ne respire pas l’équilibre et la sérénité.

De l’autre cote on trouve une autre catégorie : Les survivalistes. Ces derniers sont des obsédés du « Oui, mais imagine que ». « Oui mais imagine qu’une météorite vienne à frapper la terre et vitrifie l’humanité. Grace à mon architecture treta-valente et bifactuelle, je peux rajouter une classe implémentant IConnexionA6Pattes et du coup permettre à une blatte de relancer le système ! AHAHA ! Si ces gros cons de dinosaures avaient eu mon système ils ne se seraient pas fait niquer comme des truies ! ». Car oui admettons-le, les survivalistes sont un peu soupe au lait quand il s’agit de critiquer leur architecture a 7 indirections permettant de prendre en entrée aussi bien une fonction, qu’un pointeur de fonction, qu’une référence sur un pointeur de fonction ou bien même un poivron vert. D’autant que j’ai souvent du mal à faire la différence entre le gars qui veut vraiment sauver la planète et celui qui aime en mettre plein la vue.

Pour ma part, je suis un adepte de la troisième catégorie : les pragmatiques. J’aime que mon code soit fonctionnel, qu’il soit capable de répondre aux besoins PLAUSIBLES et surtout que l’on se sente accueilli quand on le relit. Je n’ai pas besoin de fournir une architecture basée sur 17 design patterns intriqués pour me sentir bien. Il suffit que le résultat réponde bien tout en faisant preuve d’élégance et surtout de simplicité. Plus le code est simple mieux c’est en fait. Tu n’as pas besoin d’utiliser un double héritage pour résoudre mon besoin ? C’est génial. Ton code fait 10 lignes au lieu de 3 dlls ? J’adore !

Pour conclure, on pourrait faire un parallèle avec le vin. Les pare-buffles c’est la piquette de village qui sert autant à boire qu’à nettoyer l’évier. C’est fort, ça tape au fond mais il ne faut pas chercher à faire dans la finesse. Le survivaliste quant à lui c’est ce bon vin mais qu’on a enrichi aux hormones, antibiotiques et autres vitamines et qui est livré avec un smoothie banane/mangue/radis/fenouil pour les fois où tu serais victime d’une carence métabolique aigue en le buvant. Pour finir le pragmatique c’est cette bonne cuvée que l’on a pris le temps de laisser maturer en fut de chêne. Il répond bien aux besoins et tu te sens bien quand tu le goutes.

Philo

C’était mieux avant...

30. novembre 2014

Parmi toutes les expressions que l’on entend, la célèbre « c’était mieux avant » est sans doute ma préférée. Je trouve qu’elle démontre à elle toute seule notre crainte viscérale du changement. Je me rappelle tout petit (et déjà geek) avoir été victime de ses attaques car, fou que j’étais, je préférais rester des heures sur mon Amstrad CPC 464 à taper des lignes de codes cryptiques au lieu d’aller à la chasse ou de me défoncer la tête à coup de vin blanc dans les bals des fêtes de villages. Cela semblait tellement évident que pour mon futur il était bien plus bénéfique de me ruiner la gueule a la vinasse en tirant sur de pauvres palombes. Je me suis alors promis de ne jamais devenir un vieux con.

Et ce n’est pas une promesse facile à tenir. Chaque fois que le relent d’un bon vieux « Sans déconner, c’était mieux avant » me monte aux lèvres, je me force de faire un pas mental en arrière afin de me demander si c’était VRAIMENT mieux avant.

Bon parfois c’est chaud, je ne le cache pas. La mode des pantalons avec les poches derrière les genoux ne me semblent pas particulièrement tirer l’humanité vers le haut mais bon ne soyons pas vieux con…

Un exemple plus emblématique pour moi c’est les réseaux sociaux. Combien de fois j’entends dire : «  Les réseaux sociaux tue la vie sociale, on s’éloigne plus que l’on ne se rapproche ». Et bien non, pas toujours. Et c’est là le fond du problème en fait. Chaque avancée technologique est pourvoyeuse d’une grande quantité d’excellentes choses mais vient également avec de sombres cotés. Moi qui vit loin de la France et de certains de mes amis, je suis ravi de pouvoir suivre leur vie et d’échanger avec eux sur Facebook par exemple. Sans parler de l’intérêt de Twitter dans le cadre de mon travail, me permettant de me tenir au courant de tout le foisonnement d’actualités du monde technologique.

Seulement voilà, certains ne voient que les côtés sombres et regrettent le temps où l’on se parlait au téléphone car le changement ce n’est pas facile à digérer. C’était mieux avec la voix. Bon c’était pareil en fait, on échangeait de manière sans doute plus synchrone (quoique c’est comme un chat au final ou l’on parle chacun son tour) avec juste un medium diffèrent. Et puis le téléphone reste plus personnel la ou les réseaux sociaux sont plus immédiats. Pour moi ils se complètent.

Ce qui est amusant c’est que les parents de ceux qui trouvent que le téléphone c’était mieux ont pourtant eu les mêmes débats avec leurs propres parents qui devaient leur dire : «  Le téléphone c’est le mal ! C’était mieux avant car on se déplaçait et on allait voir les gens PHYSIQUEMENT. Votre téléphone là c’est de la merde, ca enlève toute humanité. ». Le truc c’est que l’on continue à aller voir les gens mais aussi à leur téléphoner et maintenant à leur envoyer des messages. On dispose juste de plus d’options. Et finalement, c’est surtout ceux qui restent sur le quai du train du progrès qui trouvent cela mauvais. Justifiant ainsi le fait de ne pas pouvoir monter dans le train.

Et du coup, moi je pense que quitte à la jouer comme ça autant y aller A FOND ! Je pense que c’était mieux avant mais genre BEAUCOUP avant quand on était tous dans des grottes. Ça c’était social punaise ! Tous entassés pour se tenir chaud (parce qu’on est bien d’accord, chacun dans sa propre maison c’est moisi socialement). Tu veux parler à quelqu’un ? Tu peux le faire en lui faisant les poux. On peut même regarder tous ensemble la télévision de l’époque (les peintures murales de Paulo l’artiste peintre). Et quelle joie de partager un morceau de mammouth tous ensemble dans la moiteur et l’odeur rance ! Pas besoin de téléphone, il suffit de gueuler un peu. Tu veux faire passer un message discret ? Facile! tu vas juste le dire à l’oreille du gars en question, il n’est pas bien loin de toute manière. Faut juste faire gaffe à ne pas marcher sur tatie Jeannette par contre. Et pour le coup pas besoin de Twitter tout le monde sait ce que tu fais tout le temps et cela sans se limiter à 140 caractères. C’était mieux avant !

Bref, tout ça pour dire que oui les choses changent et évoluent. Elles nous donnent plus d’options (positives et négatives). Mais tout nier en bloc n’est certainement pas la bonne solution. J’espère juste me souvenir de ce post lorsque ma fille voudra un implant neuronal pour se connecter au globalNet !

Le fondement de toute chose

28. juin 2014

Facebook est un media amusant ou terrifiant selon comment on le regarde. Prenez par exemple ces exemples de jeux débiles ou tu dois sauter à l’eau ou payer un restaurant. Je suis depuis longtemps convaincu que sauf miracle nous finirons envahi par des légions d’extra-terrestres mais quand je vois ça, je me dis qu’ils pourraient prendre peur et ne pas nous attaquer par crainte d’une contagion débilitante.

Ou alors c’est le nouveau moyen que la vie a trouvé pour effectuer sa sélection naturelle…Darwin, si tu nous entends…

Bref, tout ça pour dire qu’une amie m’a impliqué dans une version plus bon enfant : Tu mets une photo de toi tout jeune ou tu m’invites a un barbecue. Au début j’ai d’abord décidé de perdre pour voir si vraiment Julie (l’amie en question) allait se taper 8000 kilomètres pour son barbecue, puis cela m’a donné une idée : Faire un post vérité avec des trucs sur moi que vous ne connaissez sans doute pas.  Et pour certains préparez-vous a un choc…

 1. Jeune, je faisais du sport et même de la randonnée

Je suis le truc en bleu à droite avec mon petit frère, ma cousine et ma mère et nous venons de marcher dans la montagne !!! 

C’est précisément à cette période que j’ai établi ma théorie du «  si c’est pour revenir d’où tu es parti, autant y rester ça ira plus vite »

2. J’ai commencé à développer à l’âge de 9ans sur un Amstrad CPC 464 à cassettes avec un écran en nuances de vert 

Mon professeur des écoles de l’époque (CM1 donc) nous avait fait découvrir l’informatique sur des MO5 en réseau sur un Goupil (ca ne s’invente pas). J’ai alors découvert un jeu ou on pilotait un petit vaisseau sur une partition de musique et il fallait détruire les mauvaises notes. Et plus on en défonçait plus on montait en grade. J’étais comme un fou ! Je voulais y jouer chez moi et mon professeur m’a alors imprimé le listing du jeu : 700 pages de PEEK/POKE avec des valeurs hexadécimales a la pelle.

A ces âges, on est plein de confiance en la vie. J’ai donc accepté le deal de ma mère : Faire ma petite communion pour gagner de l’argent (mon dieu, c’est horrible) avec lequel j’allais pouvoir m’acheter mon propre ordinateur (bon c’était un ordinateur d’occasion, faut pas non plus déconner). J’ai passé un été entier à recopier consciencieusement les milliers de lignes de code. Le jour J (plus connu sous le nom de jour de la révélation), j’appuyais enfin sur le RUN fatidique. Et là ce fut le drame ! Je n’obtins pour fruit de mon travail qu’un misérable «  Syntax Error line 10 ».

Apres avoir fait une tentative de suicide par absorption de 700 feuilles de papier j’en parlais à mon professeur qui me révéla que la vie c’est pourri et que le code d’un MO5, ben mon petit, ça ne marche pas sur un Amstrad. Toutefois, nous allons dire que si le sport ne fait pas partie de mes qualités, l’opiniâtreté par contre est bien présente. J’ai donc commencé par acheter sur les conseils de mon mentor un livre sur la programmation du MO5 puis un pour l’Amstrad et j’ai repassé 3 mois à faire ce PUTAIN DE PORTAGE DE MERDE ! (Comment ça la plaie est encore ouverte ?).

Finalement j’ai réussi à faire marcher le jeu pour m’apercevoir qu’il était relativement à chier en fait.

3. Je suis collectionneur de cartes Magic the Gathering

Oui c’est bien les cartes en papier rigidifie dont je parle. Je claque une fortune à débusquer les cartes manquantes dans les recoins les plus sombres d’internet. Le plus intéressant (qui a dit triste ?) c’est que je ne joue même pas. J’aime juste les avoir dans un placard sous cloche. J’ai ce que l’on appelle communément la collectionnite. J’adore (et le mot est faible) avoir l’intégralité d’une collection. Ça doit remonter à ma petite enfance…

4. Je fais des moteurs 3d depuis que j’ai 9 ans

Bon alors ok, le premier il arrivait à faire tourner un carré à la fréquence de fou de 1 image toutes les 30 secondes. Il était écris en BASIC et s’appelait Zodiac. Puis j’ai passé une longue période sans faire de 3D pour reprendre à 19 ans en Pascal puis en C. Celui-là s’appelait Z3D. Je l’ai ensuite porté en C++ sous Dos. Sa dernière version tournait sur 3DFX et s’appuyait sur le Glide (Une sorte d’OpenGL pour les cartes Voodoo)

A 21 ans, j’ai encore toute recommencé en C++/DirectX avec un moteur que j’ai nommé Nova en hommage au docteur Desti Nova dans le manga Gunmm. Il faut dire que ce moteur était destiné à faire tourner nos démos dans les demoparties et que le groupe s’appelait ZalemCorp. C’est d’ailleurs a cette période que j’ai rencontré mon ami Michel Rousseau avec qui nous avons perfectionné Nova jusqu’à en faire le principal produit d’une boite que nous avons fondée en 2002 : Vertice. Durant 11 ans, j’ai bossé sur Nova le faisant passer de la version 1 a la version 6 tout en basculant du C++ au C#.

En rentrant chez Microsoft j’ai revendu Vertice (et Nova) et je me suis donc remis à faire un moteur 3D (qui a dit opiniâtre ?), cette fois en Silverlight 5 que j’ai nommé Babylon en hommage à la série Babylon 5. Finalement avec l’avènement de WebGL, j’ai porté Babylon en Javascript et c’est ainsi qu’est né Babylon.js

5. Je n’ai aucune mémoire des noms et des prénoms

Je ne m’explique pas pourquoi mais quand je cherche le nom d’un acteur ou même parfois d’une personne que je connais bien, je n’ai rien qui vient. C’est un peu comme si ma mémoire considérait que les noms et prénoms ce n’est pas super important donc elle les stocke dans le hangar. Et du coup quand tu en as besoin, ben faut aller les chercher, en plus c’est loin et il pleut.

Donc si un jour vous me sentez hésitant sur votre prénom ou votre nom, vous saurez pourquoi. Ce qui me rassure c’est que d’aussi longtemps que je me souvienne j’ai ce soucis. Tout jeune déjà au collège j’étais une truite en pull-over pour me rappeler du nom des gens.

Du coup c’est toujours un grand moment de cinéma quand je croise quelqu’un que je sais connaitre et que je dois par exemple lui présenter ma femme. La plupart du temps cela finit en :

 - Moi : Hey salut !! Tu vas bien ?

 - Lui : Hey DAVID (genre il insiste bien pour me jeter au visage le fait que lui il se rappelle !), ça roule nickel et toi ?

 - Moi : Ben ça va, je te présente ma femme Sylvie…

C’est le moment difficile de ma technique, je laisse ma phrase en suspend afin de LUI laisser l’opportunité de se présenter. A partir de là quatre possibilités :

 1. L’échange a duré suffisamment longtemps pour que ma feignasse de mémoire ait fait l’aller-retour jusqu’au hangar et là je triomphe comme un prince lâchant sans vergogne le nom de notre interlocuteur dans un magnifique : «  Et Sylvie, je te présente machin… »

 2. Ma femme sentant que le plan 1 ne va pas arriver avant 6 mois, vient à mon secours : « Enchantée ! et tu es ? »

 3. Mon interlocuteur dans un moment de lucidité se rend compte qu’il est face à un polyhandicapé des noms et se présente tout seul

 4. Le malaise s’installe et je suis oblige de lâcher le fatidique : « Roh punaise, je ne me rappelle plus de ton prénom dis donc, roh la la quelle buse à oreille je fais.. ». Généralement je n’entends plus jamais parler de la personne en question

 

Donc voilà Julie, on va dire que j’ai rempli ma mission mais sache que le barbecue est quand même offert :)

Divers

Le syndrome du Puppy

13. mars 2014

C’est lors d’une conférence avec mon ami David Rousset que j’ai découvert ce mal qui frappe essentiellement les développeurs de framework open source.

Le gars nous racontait qu’il avait développé un outil autour de Twitter qu’il avait mis en open source pour aider la communauté. Au début c’était un truc tout mignon qu’il aimait beaucoup. Puis son truc a grandi et il a commencé à avoir beaucoup d’utilisateurs. Et là ce fut le drame.

Parce que généralement c’est très très con un utilisateur. Tu te dis :"Bon c’est open source, il va donc commencer par chercher dans le code avant de poser des questions de merde sur le forum".

Mais que nenni, la grande majorité n’en a rien à carrer que ce soit en open source. Ils considèrent les outils que tu offres gentiment comme un service professionnel avec sa garantie et sa hotline 24/24.

C’est là que le puppy se transforme en gros clébard baveux qui pue le cheval quand il pète. Tu passes ta vie à répondre à des sollicitations de toutes parts et comme tu aimes toujours ton outil tu te plies en quatre pour satisfaire le puits sans fond de leurs désirs. Et si ça ne va pas assez vite tu te fais pourrir parce que merde, c’est inacceptable de devoir attendre ou chercher par soi-même.

C’est comme si on vous offrait une maison neuve avec le menage fait une fois par jour et que vous vous plaignez parce que vous avez dû mettre vous-même le sac –poubelle dans la poubelle.

Je viens d’avoir le cas aujourd’hui. Un gars qui, en gros, veut que je lui construise une fusée lunaire avec intérieur cuir. Comme j’ignore royalement ses demandes sur le forum, il est venu me pourrir en prive en disant que c’était une honte, qu’on se demandait à quoi pouvait bien servir ce forum si on ne peut pas faire faire son travail par les autres !

Je vous le dis, quand je vois ce genre de comportement (un français en plus), je pense qu’il faut qu’on se fasse envahir par une civilisation extra-terrestre. Ce serait comme une grosse colique, ça ferait mal mais après ça irait mieux.

Le service

9. février 2014

Avant toute chose, je voulais faire un petit « disclaimer ». Par la magie du blog personnel, ce que j’écris ici n’engage que moi et mon lecteur. Mais il se trouve que dans ce blog, je parle d’un sujet un peu tabou même si partagé par tous. Donc si vous êtes une âme sensible, passez votre chemin !

Bref, je voulais ici revenir sur la différence majeure de traitement réservé aux clients en France et aux Etats-Unis. C’est d’autant plus flagrant que de retour en France pour quelques temps et au-delà de la joie de revoir famille et amis, c’est clairement ce qui me choque le plus.

J’en veux pour preuve ce qui m’est arrivé alors que nous nous promenions dans Paris avec ma femme. Pour comprendre la suite, il faut savoir ceci : mon corps croit pertinemment que les règles en vigueur à la préhistoire s’appliquent toujours. Ainsi il se sent obligé de marquer son territoire à chaque nouveau lieu visité. Cela implique dans les faits l’envie de faire la grosse commission (« Ah voilà le sujet tabou donc… » Pensa le lecteur) absolument n’importe quand sans aucune logique ou lien de cause a effet avec mes heures de repas par exemple.

Nous étions donc dans la rue lorsqu’une crotte de classe « syndicaliste » pointa le bout de son nez (Notez mes efforts de personnification afin de garder le débat à un niveau acceptable). La classe « syndicaliste » est la pire de toute, elle n’accepte aucun compromis,  n’est pas ouverte à la discussion et peut paralyser tout le système si le gouvernement ne cède pas immédiatement a ses attentes. Voyons donc le bras de fer engagé tourner en ma défaveur, je me dirigeais vers le bar le plus proche espérant profiter de leurs toilettes même si je savais qu’en comparaison les rues de Bagdad feraient office d’appartement témoin en matière de propreté.

Arrivé devant le barman, je demande donc poliment (et admettons-le de manière un peu tendu du fait de la tentative de prise de pouvoir en cours dans mon corps) de pouvoir accéder a leur lieu d’aisance afin d’y finir une négociation complexe. Et là, tout la puissance de plusieurs décennies de sympathie et de sens du service me tomba dessus en une phrase simple : « Faut consommer pour ça ».

Mais tu as raison, déjà ne mets pas de sujet dans tes phrases cela économise la salive, des fois que tu te lances dans le marathon du collage de timbre. Mais surtout j’ai envie de te dire que si j‘en suis là, c’est que j’ai déjà consommé !

Bref, malgré le nombre incalculable d’insultes ou de tortures chinoises qui me sont passées pêle-mêle par la tête, je n’ai pu lui répondre qu’un : « un expresso au comptoir, s’il vous plait ». Par la suite, je me revois encore essayant de faire mon affaire dans ce grand zoo international de la bactérie après avoir bu ce si bon café, sésame de mon soulagement (Un peu comme si il fallait boire la clef avant d’ouvrir une porte).

Pour notre comparaison, sachez que la même chose s’est produite à Seattle lorsqu’au détour d’un magasin de meubles je me vis dans l’obligation de planter ma chère épouse (elle adore quand je fais ça) afin d’aller visiter les « restrooms ». Sauf que la manière ne fut définitivement pas la même. Déjà lorsque je demandais au vendeur de m’indiquer s’ils avaient des toilettes, il me répondit avec le sourire (je passe sur le fait que TOUS les magasins américains ont des toilettes, ce qui parait logique vu que TOUT LE MONDE fait caca. Sauf en France apparemment ou même pas un magasin sur dix ne propose ce service. Ils doivent sans doute considérer que l’acte d’achat doit fermer les chakras). De plus, les toilettes étaient immaculées, on aurait pu manger par terre et c’était à un tel niveau que je me suis demandé si le vendeur n’allait pas me tenir la porte en sortant tout en me tentant une lingette au citron.

Alors on pourrait penser que je n’ai pas de chance. Mais le problème est que des exemples comme ça j’en ai des palettes entières. Je vous en cite une dernière pour la route : Le coup de la tomate.

Quand je commande un burger, je le demande toujours sans tomate (Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi ils s’entêtent à me mettre la décoration dans le plat et pas autour). Aux USA, la réponse est toujours la même : « Bien sur monsieur, pas de problème ». Et si par malheur, il s’avère que le dit burger arrive avec la dite tomate, le serveur s’excuse platement en me changeant directement le plat tout en repartant en cuisine en reculant, en rampant après s’être arraché les vêtements pour se flageller avec des orties.

En France la même demande donne quasi (« Rohh comment il n’assume pas tout à fait » Pensa le lecteur) invariablement la réponse « Désole, ils sont déjà préparés » ou le best-seller «Ce n’est pas possible ». Mais PUNAISE !!! Tu fais semblant de comprendre ma demande (Et tu évites au passage de m’indiquer que tu refourgues de la mauvaise came) et cela ne va pas te faire tomber la peau que de m’enlever cette fichue tomate avant de m’amener le plat !!! Mais il faut dire que j’ai l’outrecuidance de penser que vu que je paye, je peux choisir ce que je mange et que j’ai le droit de croire que cette putain de rondelle de tomate de merde n’a pas sa place dans mon burger (« Il s’emballe là » Pensa le lecteur).

Bref, je rêve sincèrement de pouvoir avoir en France une vraie qualité de service sans avoir besoin d’aller dépenser un SMIC dans un trois étoiles. Je pense que si nous mettions en place le système de « tips » comme partie intégrante du paiement du service, cela ferait vraiment du bien. Après moi je dis ça, je m’en moque maintenant, c’est pour vous que je fais tout ça J

Le choc culturel

10. janvier 2014

Et bien nous y voilà, nous sommes aux Amériques! Quel chemin depuis mes Landes natales. Et c’est avec ravissement et pleins d’étoiles dans les yeux que j’ai découvert ce vaste pays si riche de son melting pot culturel. Surtout Seattle ou du fait de la présence de grands groupes comme Microsoft, Amazon ou Boeing, de très nombreuses nationalités sont représentées.

Et parfois ça pique un peu les yeux. Car ce qui nous parait proprement immonde peut s’avérer pour une autre culture tout à fait normal.

Prenons par exemple la journée de hier. J’ai passé cette dernière dans une grande salle avec un peu plus de 100 personnes à discuter de sujets variés. Le truc qui a…comment dire…piqué ma curiosité pour rester poli, c’est ce petit moment de délice ou un des gars est venu s’assoir à ma table après avoir nonchalamment lâcher une monstrueuse caisse qui aurait fait passé la malaria pour un vulgaire rhume. Du coup sur le moment, on est toujours un peu surpris. Je me suis dit « ça arrive, le gars est peut-être super malade et vit ses dernières heures, du coup il s’en fout un peu finalement. Et même quelque part vu le niveau du truc il essaye de se vaporiser lui-même pour survivre sous forme gazeuse ». Mais pas du tout, dans sa culture (que je tairais ici pour ne pas stigmatiser) c’est un fait standard. Comme manger avec les doigts en faisant un bruit de d’éléphant qui gobe du pudding par la trompe (et j’adore le bruit c’est un fait).

Bien évidemment cet exemple est le plus flagrant mais il en existe d’autres plus sournois. Comme les claviers sans accent en qwerty. Ne cherchez pas, c’est officiellement le truc le plus pénible quand on arrive ici. Je me tape des crises de nerfs lorsque voulant faire CTRL+Z (undo) je fais CTRL+W (fermer la fenêtre courante).

Il y a aussi les toilettes dont la porte ne cache pas tout. Il y a genre 5 bons centimètres (pardon 0,164 feet) de chaque cote tout le long afin que l’on puisse vous voir à l’œuvre. Au début j’ai essayé de boucher avec du papier toilettes mais après j’avais l’impression d’être dans un nid d’oiseau en coton.

Bon par contre soyons clair, il y a aussi énormément de choses supers. Comme le service par exemple. C’est un ravissement. Cela me change du service à la parisienne ou le serveur te crache ton café dans la tasse en te posant l’addition sur le genou tout en te faisant signe de partir vite car d’autres attendent. Non, ici c’est poli, agréable et courtois. D’aucuns diront que c’est feint mais au final on s’en branle, le résultat est que tu es content de manger et que tu apprécies d’autant plus ton repas du coup.

J’aime aussi beaucoup la démesure ici. Par exemple pour faire les courses, il faut louer un semi-remorque parce que ne comptez pas trouver les rouleaux de sopalins par 3, ils sont vendus par 300 et du coup nous n’en achèterons plus jamais de notre vie, vu que la palette que l’on a acheté sera sans doute transmise à nos héritiers.

Bref, au final c’est diffèrent, mieux pour certaines choses, moins pour d’autres mais cela fait partie de l’aventure 

Les trucs qui me broutent

15. novembre 2013

Prenez ce post comme un exutoire, une solution pour ne pas libérer l’instinct sauvage qui me susurre à l’oreille de massacrer à la petite cuillère rouillée l’intégralité des gens qui font des trucs qui me mettent le ravioli en feu.


J’ai donc décidé dans un grand acte d’humanité de recenser ici une partie des choses qui me sortent par tous les pores de la peau afin de vous faire partager mon désespoir.


D’aucuns pourraient dire (les vilains) que je deviens (suis ?) un vieux con. Que nenni ! J’atteins en fait cet âge merveilleux ou la sagesse remplace la fougue (comprenez par-là que passé dix heures du soir, il n’y a plus personne).

Fort de cette sagesse nouvelle, je m’en vais vous lister les sources de mon malheur (par ordre de pagaille, cela va sans dire) :

  1. Les cyclistes qui considèrent que non, finalement c’est sûr, les feux rouges ce n’est pas pour les véhicules sans moteur. C’est tellement plus amusant de tenter sa chance au grand jeu du « je suis plus rapide que la voiture qui va couper ma route, ha ha… »
  2. Les gens qui font du bruit avec leur voiture sous ma fenêtre (cf. un autre post sur ce blog) et plus particulièrement ceux qui sont certains que l’humanité ressortira grandie du fait qu’ils font ronfler comme des veaux en rut leur gros moteur lorsqu’ils sont au feu rouge (oserais-je faire remarquer que le trafic dans la région Parisienne implique qu’une voiture avec un moteur de tondeuse à gazon ouzbéque suffit pour aller à la même vitesse).
  3. Les gens qui arrivent à la bourre dans les réunions ou je suis. Qu’ils arrivent à la bourre dans d’autres réunions, à l’extrême limite, je veux bien. Mais dans MES réunions, je ne peux pas. Je suis un être ingrat il faut bien le savoir. Je devrais plutôt les remercier de m’offrir ces quarts d’heures de vide ou je peux me recentrer sur moi-même afin de me ressourcer. Il est évident que c’est le mieux pour moi. Poireauter comme une moule sur son rocher seul dans ces grandes salles de réunion, c’est ma vie, mon œuvre. Je sais maintenant que je suis né pour cela.
  4. Les gens qui vous donnent l’impression que ce que vous venez de leur demander était exprimé en Klingon.
  5. Les gens aimables derrière leur guichet qui vous accordent toute l’attention due au fait que nom de Zeus, c’est vous le client. Et que non, la diarrhée verbale que tu viens d’essayer de me faire passer pour un bonjour n’est pas en adéquation avec le « ici le client est roi » écrit sur ton mur moisi.
  6. Les piétons qui traversent devant vous, lorsque votre feu est vert et que donc forcément le leur est rouge, en vous regardant droit dans les yeux en pensant « je t’emmerde mais d’une force, tu imagines à peine, poum ploum ploum… »
  7. Les gens qui ne répondent pas à mes mails. Surtout ceux qui n’y répondent pas du tout (vous pourriez attendre 10 ans, faire 20 relances, séquestrer leur famille, cela serait pareil, leurs boites email ne marchent pas comme les nôtres. Ils ont un système aléatoire qui efface les mails avant qu’ils ne puissent les lire. C’est balôt)
  8. Les gens de mauvaise foi qui en vous regardant droit dans les yeux avec l’aplomb d’un guerrier celte et qui vous lancent des « Ah bon ? Non je n’ai pas reçu ton mail » ou encore « Punaise, la réunion précédente était interminable »
  9. Les motards qui remontent les files de voiture et qui si tu ne te pousses pas vont venir te broyer les genoux avec des écrous parce que c’est logique sur une voie faite pour deux voitures de devoir monter sur le terre-plein central afin de les laisser passer.

 

Mais bon au final comme disait Mamie Catuhe, tant que la santé va tout va 

Divers